POC21 : la fabrication open source en action (1/5)

Posté le 25 novembre 2015 par Anna Lochard

A l’approche de la fameuse COP – Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques – à la 27e Région nous nous sommes demandés comment nous pouvions nous emparer du sujet ?

Nous avons donc choisi de regarder la Cop 21 comme un formidable laboratoire de nouvelles formes d’engagement et de mobilisation. Nous nous sommes intéressé à cinq projets ayant en commun l’ambition de produire de nouveaux récits collectifs, d’articuler réflexion et action, de remettre en capacité les citoyens.


 

 

En prenant habilement le contre-pied de de la très institutionnelle Conférence des Parties (COP), le projet POC21 – pour Proof of Concept – visait à promouvoir une nouvelle vision de l’écologie : celle d’un territoire où la fabrication serait reconnectée avec les citoyens, décentralisée et open source.

Nous sommes allés à la rencontre de Benjamin Tincq, l’un des organisateurs du projet et membre de Ouishare (la communauté de l’économie collaborative), afin d’en savoir plus…

benjamin

Cet été, pendant cinq semaines, une troupe hétéroclite s’est regroupée au Château de Millemont (une ruine au drôle de propriétaire). L’objectif de ce camp d’été pas comme les autres : regrouper les équipes de 12 projets sélectionnés pour représenter différents aspects de la vie quotidienne (agriculture, production d’énergie, gestion de l’eau, déplacement…), et travailler collectivement de manière intensive pour rendre ces projets opérationnels et leur permettre de « passer à la vitesse supérieure ».

Benjamin nous en a dit plus sur les critères de sélection de ces 12 projets :

poc21-projets

Mais que l’on ne s’y trompe pas : sous des aspects luxueux, les participants dormaient en réalité… sous tente, le château ne disposant pas d’électricité et étant en très mauvais état. Pas toujours évident la vie de château !

Sur le camp, le maître-mot est l’autogestion : la communauté vit, partage et expérimente ensemble dans ce lieu neutre, de la cuisine aux poubelles en passant par l’emploi du temps des journées.

Au bout de ces cinq semaines intenses, le format est approuvé par les équipes des projets qui témoignent des progrès incroyables réalisés en si peu de temps :

Vous l’aurez compris, ce ne sont pas n’importe quels projets qui intéressent les bidouilleurs du Château de Millemont, mais bien ceux qui participent au mouvement open source. Ainsi, les douches, vélos et autres créations issues de ces 12 projets seront donc documentés et libres d’être reproduits par toutes et tous.

Une manière de défendre une vision de la transition écologique par la déconcentration et la dissémination des lieux de production à l’approche de la COP21 : les lieux de fabrication décentralisés deviennent ainsi des alternatives à notre « culture de consommation destructrice », permettant aux citoyens de se reconnecter avec les savoir-faire pour confectionner eux-mêmes les objets qui nous entourent.

Pendant notre entretien, Benjamin a d’ailleurs détaillé la vision politique et écologique qui se cache derrière POC21 :

poc21-lieu

Dans cette vision, un nouveau rôle-clé apparaît donc pour l’acteur local : la mise à disposition de foncier et de locaux pour réimplanter la fabrication au cœur des territoires.  Il est donc temps de penser à une alternative à ces «  appels à projets alambiqués multi-acteurs aux nombreuses étapes de validation et où seules les compagnies de promotion immobilières ont les reins suffisamment solides pour aller au bout », et à donner une places aux petits acteurs du territoire. Cette nouvelle place à donner aux lieux de conception est à penser très en amont, dès la production des documents d’urbanisme type PLU par exemple.

Un lieu neutre, une méthodologie inspirée du design, une gouvernance très horizontale, une volonté open source… Cela ne vous rappelle rien ? Et oui, on retrouve bien dans ce projet des valeurs inscrites dans l’ADN de La 27e Région. Nous leur proposons pour la prochaine édition de travailler ensemble pour faire participer les acteurs publics, qu’ils soient agents ou élus, au cœur même du projet, pour ne plus les laisser en simples financeurs. Ils semblent tentés, affaire à suivre…

Car il y aura sûrement une suite, Benjamin a déjà des idées en tête pour créer des « incubateurs » plus pérennes où les équipes de ces projets open source pourraient venir en résidence :

En attendant, il s’agit déjà de capitaliser sur cette première expérience et de documenter à la fois la méthodologie POC21, mais aussi les progrès réalisés sur les projets eux-mêmes, open source oblige. Un travail long mais nécessaire, à ne pas négliger :

Pendant la COP21, l’équipe de POC21 sera bien sûr mobilisée pour raconter son expérience.

Tout d’abord, vous pourrez les retrouver du 7 au 11 décembre sur la Zone d’Action Climat qui aura lieu au 104, puis du 18 novembre au 14 décembre à Stalingrad pendant l’exposition Paris de l’avenir organisée par la ville de Paris.

Autre mobilisation : une grande journée d’action est prévue le 5 décembre où 12 ateliers pour le grand public seront organisés dans 12 fablabs en Ile-de-France autour des 12 projets candidats.

Enfin, encore dans les cartons, quelques projections du documentaire en cours de réalisation…

Toutes les infos sur le site de POC21 : http://www.poc21.cc/

poc21-crew