Nantes Métropole innove dans le champ de la participation citoyenne

Posté le 6 décembre 2016 par Magali Marlin
Capture d’écran 2016-12-01 à 15.22.36

Pourtant loin d’être nouvelle, la participation citoyenne est aujourd’hui dans toutes les bouches, au risque de virer à l’incantation ou à la (fausse) solution miracle en réponse à la crise de confiance entre les citoyens et leurs élus. Des nouveaux conseils citoyens instaurés par loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 24 février 2014 à la commission des débats publics en passant par l’accélération récente du mouvement des civic-techs, on ne peut que le constater : les pratiques de participation citoyenne se sont largement développées et diversifiées ces dernières années.

À chaque fois, la question à l’arrière-plan reste la même : comment s’assurer que ces processus de participation soient véritablement inclusifs et qu’ils produisent un impact réel sur le quotidien des citoyens ? Une question qui se pose avec d’autant plus d’acuité que l’âge d’or des Conseils de quartier semble désormais passé, et que, de Lille à Grenoble en passant par Paris et son budget participatif, de nombreuses collectivités s’interrogent sur les meilleurs façons de renouveler ces instances et processus parfois à bout de souffle. De façon un peu provocatrice, nous avons d’ailleurs identifié « La participation utile » comme l’un des sujets qui mériteraient de faire l’objet d’un exercice de prospective appliqué tel que celui proposé à travers notre programme Les Éclaireurs

Avec son Grand Débat Transition énergétique lancé le 13 septembre dernier, Nantes Métropole expérimente une forme originale de concertation, très portée politiquement, dotée de moyens exceptionnels – en communication, en ingénierie de dialogue et d’animation de communautés – et dont l’ambition première est justement de répondre à cet enjeu.

Faisant suite à un premier Grand Débat sur la Loire l’année dernière, cette consultation vise à sortir la transition énergétique, déjà au cœur des politiques publiques métropolitaines, des cercles d’experts et de militants pour faire émerger et « accélérer » des idées et des propositions. Son déroulé et les modalités de participation sont expliqués très clairement à travers un mode d’emploi simplifié ainsi que deux infographies qui résument le calendrier de la démarche et les différentes modalités de participation :

Grand debat NM_transition_calendrierGrand debat NM_transition_acteurs

Comme le premier Grand Débat, celui-ci a débuté par la production d’un « document socle » – mise de départ sous forme de synthèse écrite qui apporte des premiers éléments de connaissances fiables, neutres, contextualisés et pédagogiques sur la transition énergétiques – et la mise en place d’une commission composée de 4 citoyens métropolitains bénévoles choisis par les principaux groupes politiques siégeant au Conseil métropolitain. Cette commission, qui a notamment assuré la relecture du document socle, sera chargée de rédiger le rapport final, synthétisant les échanges, idées et projets collectés pendant les 7 mois de débat.

Mais ce Grand Débat s’annonce surtout passionnant par l’accent mis sur le « faire », c’est à dire sur la mise en expérience et en expérimentations de la transition énergétique, à travers des projets et des défis très concrets et la constitution de six « communautés d’action » autour d’enjeux pré-définis. Par exemple : financer différemment les projets de transition énergétique à travers du coaching en financement participatif (LES ACTIVATEURS), tester à plusieurs des gestes simples pour réduire sa facture d’énergie (LES ASTUCIEUX), co-construire et évaluer des projets (notamment publics) de transition énergétique (LES EVALUATEURS) …

Constituées suite à un appel à candidatures, outillées et accompagnées par des professionnels (suivant les cas, des spécialistes du financement participatif ou du « zéro déchets », des animateurs de démarches coopératives, des évaluateurs, des spécialistes etc.), ces communautés de citoyens engagés testent et partagent en leur sein, documentent leurs progrès au fil de l’eau sur un blog commun, pour finalement apporter au débat une contribution originale et éprouvée dans l’action.

Enfin, outre ces démarches qui s’adressent au grand public en cherchant à renouveler les modalités de dialogue et d’engagement citoyens, les acteurs ou collectifs déjà actifs dans le champ de la transition énergétique sont également invités à participer et partager leur expertise à travers différentes modalités présentées sur l’infographie ci-dessus : la participation à la rédaction d’un « cahier d’acteurs », l’organisation d’évènements labellisés, la participation à des séminaires d’acteurs pour mieux connaître les composantes de l’écosystème nantais sur le sujet…

Bien sûr, le processus n’en est qu’à ses débuts, et on ne peut présumer du succès de ce « débat du faire », mais son architecture à la fois ambitieuse et pragmatique, et les moyens d’accompagnement et d’animation qui l’appuient, sont des signaux positifs. Au delà du Débat lui-même, ils témoignent de l’expertise que s’est forgée Nantes Métropole depuis des années en matière de conception et d’ingénierie de la participation à travers les équipes réunies au sein du pôle dialogue citoyen, évaluation et prospective; ainsi que d’une volonté réelle de toujours chercher à renouveler la boîte à outils de l’action publique locale.

Preuve que la permanence d’une action, tant en terme de portage politique que d’organisation des services, est gage d’efficacité et de légitimité, surtout quand il s’agit d’innover et de co-construire les politiques publiques locales avec les citoyens…

Edit : la phase de participation s’est achevée mi septembre 2017, vous trouverez le rapport qui synthétise toutes les contributions au débat et formule des propositions ici